Accueil » Carnet de voyage » Amériques » Bolivie » Train en Bolivie et visite de Cochabamba et Oruro
Train en Bolivie
Un wagon de la classe ejecutivo

Train en Bolivie et visite de Cochabamba et Oruro

Prendre le train en Bolivie n’est pas quelque chose que l’on décide à la dernière minute et pour cause il n’existe que deux compagnies de train en Bolivie. Les deux compagnies voyage sur le même trajet Oruro-Villazon deux fois par semaine chacune. 

Mais avant de prendre le train à Oruro pour Tupiza me revoici plongé dans mon guide de voyage.

Quelle direction ? La Paz pour son shopping souvenirs ? Cochabamba pour son climat plus clément ? Etc.

Un véritable casse-tête ! Les fameux bloqueos dont je vous parle dans tous mes billets sur la Bolivie, sont partout. J’ai déjà revu mes plans où plutôt mon envie d’aller visiter un petit bout d’Amazonie alors après avoir découvert les vins de la région de Tarija, où je me trouve à l’heure où j’écris ce billet, quelle sera ma prochaine étape. Une seule chose est sûre, c’est que je passerai par Tupiza, le far west bolivien pour rejoindre à nouveau l’Argentine.

Finalement je décide de partir pour Cochabamba. De là je passerai une nuit à Oruro pour prendre le train pour Tupiza.

Pour la seconde fois depuis le début de mon voyage en Bolivie, je décide de voyage par la voie aérienne. Rapide, efficace et bon marché avec un billet à environ 35.00 euros. Je n’ai pas le cœur à rester bloqué encore une fois devant un barrage.

Bolivia airlines sachet
Humour bolivien! 🙂

Mais avant de prendre le train je vous emmène à Cochabamba.

Cochabamba, la ville des marchés

Cochabamba, ville perchée à 2500m d’altitude, compte près d’un million d’habitants. Dans le sud de la ville, on y trouve un marché gigantesque, La Cancha, le plus grand marché en plein air d’Amérique du sud! Les petits stands où l’on peut trouver absolument de tout sont tenus par des familles indiennes, la catégorie sociale la plus pauvre du pays. Se balader dans les allées de ce gigantesque marché vous plonge dans une ambiance où la pauvreté se fait ressentir et où les conditions d’hygiène sont inexistantes. Les odeurs assez violentes vous obligent à bifurquer d’une allée à l’autre et on a très vite tendance à plus savoir où on est!

Durant le weekend, je découvre par hasard un petit marché artisanal très chouette avec plein de jolies choses et profite pour acheter quelques souvenirs et cadeaux.

Le centre ville semble un peu moins pauvre que la partie sud de la ville. On y trouve pleins de magasins regroupés en fonction des produits vendus; le quartier des magasins de téléphones, celui des coiffeurs, des quincailleries, etc. Cette tendance se retrouve d’ailleurs dans d’autres villes de Bolivie mais aussi en Argentine ou au Chili. Le centre de la ville est particulièrement vivant et compte plusieurs monuments coloniaux.

Les quartiers au nord de la rivière, El Rio Rocha, sont résidentiels et bien plus calmes. Il y a un énorme complexe de cinéma moderne qui surprend … Le contraste avec le sud de la ville est total.

Ciné center Cochabamba
Ça surprend non ?

La statut du Cristo de la Concordia est le Christ rédempteur qui culmine à 265m au-dessus de la ville. Similaire au Corcovado de Rio, celui-ci est le plus haut du continent et même du monde ! Dépassant son homologue brésilien de six mètres. A pied (1240 marches), et arrivé à 2900m, il faut bien avouer, l’air manque un peu et rend l’effort compliqué … je décide de prendre le téléphérique!

Cristo de la Concordia
Cristo de la Concordia @source : wikipédia
Téléphérique Cochabamba
Vue sur la ville de Cochabamba @source : wikipédia
Attention adresse à retenir!

Sole Mio à Cochabamba! Une véritable pizza napolitaine.

Le patron est napolitain et fait venir ses ingrédients d’Italie. Un véritable délice! Dès que j’ai mis un pied dans le restaurant, je savais que j’allais me régaler rien qu’à l’odeur. J’avais un sourire jusqu’aux oreilles. Je salivais devant le menu sans savoir ce que j’allais commander tellement l’envie de commander toute la carte me tentait.

Adresse : América E-826 si vous êtes à Cochabamba

Si vous êtes à Cochabamba, il n’y a pas d’hésitation à avoir, allez-y. D’ailleurs je n’ai pas pu résister et j’y suis retourner le lendemain.

Le long de la route de Cochabamba à Oruro

route paysage
Paysage entre Cochabamba et Oruro

Oruro, là où passe le train en Bolivie

Après quelques jours passés à Cochabamba, j’arrive à Oruro où je ne passerai qu’une seule nuit, le but étant de prendre le train pour Tupiza au sud de la Bolivie. Je suis hébergé par Talata qui est installé pour une année à Oruro et que j’ai rencontré à Cochabamba. C’est chouette d’être dans un appartement. J’ai presque l’impression d’avoir rendu visite à une amie de longue date.

Je visiterai le sanctuaire de Sovacon. Situé au pied du Pie de Gallo Hill où des milliers de croyants se rassemblent pour vénérer la Vierge du Sovacon. Il possède également un beau musée Minier à l’intérieur de l’ancienne mine d’argent où l’on peut voir de nombreux éléments se référant au secteur minier.

Après l’achat de quelques souvenirs supplémentaires et la découverte du jus de quinoa, il est déjà temps de me diriger vers la gare des trains.

Prendre le train en Bolivie

Très utilisé par les Boliviens pour rejoindre le sud de la Bolivie où l’Argentine, ce train permet de traverser l’Altiplano en profitant du charme des voyages en train.

Le voyage se fait de nuit mais les deux dernières heures avant l’arrivée à Tupiza, on a droit à un avant-goût du paysage qui nous attends!

Il existe deux compagnies de train en Bolilvie. Le wara-wara (qui signifie en Aymara étoile du sud), qui roule à une moyenne de 40km/h et l’Expreso del sur. Deux trains par semaine pour chacune des compagnies ! Il vaut mieux ne pas le rater !

Expreso del Sur : Oruro-Villazon : Mardi / Vendredi
Expreso del Sur : Villazon-Oruro : Mercredi / Samedi
Wara Wara del Sur : Oruro-Villazon : Mercredi / Dimanche
Wara Wara del Sur : Villazon-Oruro : Lundi / Jeudi

Il y a trois classes ejecutivo, salón et popular et je dois dire que la classe ejecutivo est très confortable avec chauffage, couverture, siège inclinable presque à l’horizontal, film récent (en espagnol sous-titré en anglais) et petit-déjeuner le lendemain au réveil dans le wagon-restaurant.

Ca fait oublier la lenteur du train en Bolivie toutes ces petites attentions!

Train en Bolivie
Un wagon de la classe ejecutivo. N’hésitez pas prenez le train en Bolivie

Vous en pensez quoi ? Il a l’air confortable non ?

Je vous recommande le train en Bolivie si c’est une période de bloqueo (d’ailleurs même s’il n’y a pas le bloqueo) c’est vraiment agréable et confortable.

Bolivie en train

Et n'oubliez pas, le voyage c'est bon pour la santé ! 🙂

blog voyage

Rejoignez-moi sur Instagram, Facebook, Twitter, Pinterest pour continuer à s'évader ensemble.

Flèche widget footer postSi vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à rejoindre la communauté en vous inscrivant à la newsletter et à partager l'article sur les réseaux sociaux.
NEWSLETTER & EBOOK GRATUIT
Recevez mon ebook gratuit En bonne santé en voyage, un guide linguistique pratique pour vos questions de santé, 
en anglais, allemand, espagnol et italien et la newsletter une fois par mois (max!) directement dans votre boite. Garantie 100% voyage et anti-spam!
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Dernière mise à jour le

Sur le même thème

Parc Amboro vue

Bolivie | Samaipata et parc Amboro comme un petit goût d’Amazonie

Le parc Amboro au porte du village de Samaipata en Bolivie est un petit paradis …

Un commentaire

  1. Nous avions pris le train également en Bolivie. Le ferro-carril qui va de Sucre à Potosi. Un de mes meilleurs souvenirs de tour du monde. Mais là aussi, il fallait se lever tôt pour ne pas le rater ;-P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

15 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer