Accueil » Carnet de voyage » Amériques » 8 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en Amérique du nord
Unesco en Amérique du nord
Photo © Traces de voyages

8 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en Amérique du nord

C’est du Canada au Mexique en passant par les Etats-Unis et Cuba que 8 blogueurs voyage (dont moi-même) vous racontent un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en Amérique du nord qui l’a particulièrement marqué.

Cet article est le 2ème volet d’une série d’articles sur les plus beaux sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco à travers le monde en collaboration avec des blogueurs voyage passionnés qui partagent avec vous et moi un bout de leur voyage.

8 sites inscrits au patrimoine mondial
de l’Unesco en Amérique du nord 

Le vieux Québec, Canada

– par Jennifer Doré Dallas, Moi, mes souliers

Le Vieux-Québec, facilement accessible de partout dans la province en train, en bus ou en voiture, est un incontournable au Canada! J’adore son côté historique, c’est là que notre pays a commencé à se développer, que les combats opposant la France à l’Angleterre ont eu lieu, mais aussi où beaucoup de nos ancêtres aventuriers ont accosté bien avant ça pour partir à la rencontre des Autochtones.

Aujourd’hui, on y trouve le populaire Château Frontenac que l’on connait des cartes postales, mais aussi des tonnes de musées historiques, artistiques et culturels, de sites archéologiques et même des lieux plutôt insolites. Que l’on déambule le long de ses artères remplies de boutiques de souvenirs, de vêtements ou d’autres babioles ou bien que l’on s’arrête dans ses aires verdoyantes, la zone historique de la capitale québécoise a de quoi plaire à tous les types de voyageurs. Détendue et calme, elle fourmille en été grâce à son emplacement au bord du fleuve et à ses nombreuses terrasses et rues piétonnes.

Je vous recommande de passer une nuit au coeur de l’histoire au Monastère des Augustines, de découvrir les nombreux cafés, glaciers et restaurants de la ville, mais aussi de sortir de ses remparts pour voir ce que le reste de la région de Québec vous propose, comme les chutes Montmorency ou l’île d’Orléans!

Parc National Yosemite, Etats-Unis

– par Maude Carrier, MC Globetrotteuse

Aller au parc Yosemite, situé dans les montagnes de la Sierra Nevada en Californie, c’est un peu comme découvrir les cités d’or nichées au milieu d’une dense forêt. On zigzague sur la route au bord d’une falaise; droite, gauche, droite, gauche, puis pouf! La plus belle vue qui soit apparaît devant nous. On se retrouve alors face à une vallée verdoyante et ses pics rocheux façonnés par les glaciers.

Deuxième plus ancien parc des États-Unis, on va à Yosemite pour la randonnée, pour l’escalade et pour admirer les chutes d’eau et dômes de granite, ou encore pour descendre tranquillement la rivière Merced en tube. On connaît surtout le parc pour son célèbre demi-dôme (Half Dome) et pour sa falaise, « El Capitan », la plus haute au monde.

Mes recommandations : Partir très tôt pour se rendre au parc puisque la route est longue, et il y a, en saison touristique, beaucoup de trafic et peu d’espace de stationnement. Au niveau hébergement, les frais pour dormir dans le parc sont plutôt élevés; il faut donc soit réserver très tôt pour bénéficier de prix avantageux, ou encore prévoir dormir à l’extérieur du parc. Même si on ne peut visiter qu’un pour cent du parc, il y a beaucoup à voir et à faire! Prévoyez 2-3 jours pour prendre le temps de vous balader sans pression, et pour apprécier la nature dans toute sa splendeur.

Alors, on se rencontre au parc Yosemite pour une petite rando?

Poverty Point, Etats-Unis

– par Pauline, Petites évasions grandes aventures

Un nom un peu sinistre qui ne laisse pas présager de la richesse du lieu. Et pourtant … Ici, deux histoires se superposent : celle de la plantation éponyme et celle du site amérindien qui s’y trouvait des milliers d’années auparavant. C’est d’ailleurs grâce au second (chronologiquement) que les traces du premier sont découvertes, en 1873.

Situé au nord-est de la Louisiane, au milieu d’étendues planes, le site historique de Poverty Point domine les environs du haut de ses tertres érigés par les amérindiens et de ses 3500 ans d’histoire. Autour d’une esplanade, six talus concentriques, forment un grand arc de cercle. Plus loin, cinq tertres, plus ou moins élevés, veillent sur l’ensemble.

Le plus grand, le plus énigmatique aussi, c’est le « Mound A ». Sa forme d’oiseau, sa position dans le site, tout interpelle les archéologues et les questions sur la fonction de ce monticule, comme du site dans son ensemble, restent nombreuses. Lieu de cérémonie ? D’habitation ? Le doute subsiste.

Une chose est sûre, les tertres monumentaux de Poverty Point, classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2014, témoignent de la vie des civilisations précolombiennes, de leur culture et de leurs croyances. Ils sont un héritage important, malheureusement fragiles et difficiles à préserver de l’érosion.

Lire l’article sur Poverty Point de Pauline.

Unesco en Amérique du nord
Photo © Petites évasions grandes aventures

Le Grand Canyon, Etats-Unis

– par Charlotte et M., Traces de voyages

Certains lieux vous marquent à jamais, ce fut le cas de l’Arizona. L’Etat tout entier recèle de merveilles de la nature et il en est une qui a bien mérité sa place au sein de l’Unesco en Amérique du nord : Le Grand Canyon.

Cette faille géante doit son nom à la fois à sa grandeur et sa superbe : 450 km de long pour 5.5 à 30 km de large et une profondeur allant jusqu’à 2 km. Pourtant, il n’est ni le plus grand, ni le plus profond du monde ! Vieux de 17 millions d’années, sa gorge a été creusée par le fleuve Colorado qui prend sa source dans les montagnes rocheuses. C’est sa diversité et singularité paysagère et naturelle qui lui ont valu sa place au sein du patrimoine mondial de l’humanité en 1979.

Différents points d’accès vous permettent de le voir sous tous les angles, à savoir, si vous venez du sud vous aurez peut-être la chance de voir des cerfs et si vous venez du nord, des bisons ! Se retrouver face à lui, c’est comme rentrer dans une carte postale : nous avons beau l’avoir sous les yeux, il parait toujours aussi inaccessible et irréel. Il faut toucher le sol, écouter les hurlements des coyotes, voir les écureuils descendre le long des rochers et sentir les parfums des pins pour réaliser que l’on est vraiment là…

Lire les articles sur l’Arizona de Charlotte et M.

Unesco Amérique du nord
Photo © Traces de voyages

Teotihuacan, Mexique

– par Rachel Latour, Découverte Monde

Située à environ une heure de la capitale mexicaine,Teotihuacan qui signifie « lieu où sont créés les dieux » fut l’une des plus grandes cités des Amériques pendant plus de 900 ans, abritant jusqu’à 175 000 personnes lors de son apogée entre les années 450 et 650 après Jésus-Christ.

Dès notre arrivée, il est possible de sentir tout le génie d’urbanisme et le travail méticuleux de ce site Unesco en parcourant l’allée centrale; l’avenue des Morts. Celle-ci est délimitée par le temple Quetzalcoált et la pyramide de la Lune alors que son centre accueille l’imposante pyramide du Soleil.

La visite se fait dans un sens ou dans l’autre, mais nous avons commencé la nôtre par l’ascension du temple Quetzalcoált qui se trouve dans l’ancienne citadelle du site et qui constituait la partie administrative de la cité. Moins haut que les deux impressionnantes pyramides que l’on retrouve sur le site, sa beauté par contre est bien dissimulée de l’autre côté. Après avoir descendu quelques marches, on peut admirer ses sculptures très détaillées et très bien conservées.

L’un des moments les plus intenses de la visite de Teotihuacan est l’ascension de l’impressionnante pyramide du Soleil, le plus grand moment préhispanique et l’un des plus importants de la Mésoamérique avec ses 75 mètres de hauteur. Contrairement à plusieurs édifices des sites préhispaniques, la pyramide fut construite en une seule étape et les seuls tunnels qui se trouvent dans la pyramide étaient utilisés pour l’évacuation de l’eau. L’ascension sous le soleil est quelque peu exigeante, mais la récompense est grande une fois au sommet. Nous y sommes attardées près d’une heure afin d’admirer le paysage et l’immensité du site. Le temps nous a même fait défaut pour visiter le musée du site et d’escalader la pyramide de la Lune… ce sera pour une prochaine fois ! Prévoyez quelques heures pour visiter le site et ses différents attraits, une bonne paire de chaussures, de l’eau et de la crème solaire. Le soleil tape fort dans la région !

Lire l’article sur Teotihuacan de Rachel.

Unesco Amérique du nord

Chichen Itza, Mexique

– par Emily, Travel and Film

Chichen Itza est une des sept merveilles du monde moderne! Le site est inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1988. C’est une pyramide construite par les Mayas. C’est même le plus beau site maya de la péninsule du Yucatan et probablement du monde maya en général, c’est donc aussi le plus visité. Il y a encore plus de visiteurs lors des équinoxes, quand l’ombre projetée par le soleil sur la pyramide de Kukulcan donne l’impression d’un serpent qui descend l’escalier.

Pour ma part, j’ai visité Chichen Itza le jour de la fin du monde maya le 21 décembre 2012. Nous n’étions pas loin de 30.000 à être là ce jour-là et l’énergie était tout simplement incroyable, c’était une expérience unique.

Si vous visitez le Sud du Mexique et notamment le Yucatan et les environs de Cancun, ne manquez surtout pas la visite de Chichen Itza. Le site ne se résume pas à sa pyramide, c’est très grand, il y a plusieurs sites à visiter comme l’observatoire notamment, prévoyez plusieurs heures.

Lire l’article sur Chichen Itza d’Emily

Unesco Travel and film
Photo © Travel and Film

La ville de Durango, Mexique

– par Stéphane Pageau, La page à Pageau

Le Mexique compte plusieurs destinations populaires, telles que Mexico, Puerto Vallarta, San Cristóbal de Las Casas, Tulum, Playa del Carmen et, hélas, Cancún. Or d’autres destinations trop souvent négligées méritent elles aussi une visite. Comme le nord du pays. Comme Durango.

Fondée le 8 juillet 1563 par Francisco de Ibarra, la ville de plus de 565 000 habitant-es se trouve dans l’État de Durango, dans la Valle del Guardiana. Ainsi éloignée des principaux circuits touristiques, Durango, capitale de l’État, attire peu de voyageurs (non-Mexicains, du moins). Dommage, car on y découvre de captivants musées (Museo Nacional Francisco Villa, Museo de la Ciudad 450), d’agréables places publiques (Plaza de Armas, Jardín Morelos, Jardín Hidalgo), de jolies églises (Catedral Basílica Menor, Templo Expiatorio del Sagrado Corazón de Jesús et Templo de San Agustin), un freakin’ téléphérique et une rue festive, la Calle Constitución.

Le centre historique contient d’ailleurs le plus grand nombre de bâtiments historiques classés par l’INAH (Instituto Nacional de Antropología e Historia, l’organisme fédéral responsable de la conservation du patrimoine mexicain). Durango appartient aussi au groupe de villes et villages d’« El Camino Real de Tierra Adentro », déclaré Patrimoine culturel par l’Unesco, en 2010.

En outre, le potentiel métal de Durango doit être souligné: par exemple, j’ai assisté à un spectacle des groupes mexicains Simiocidio et Pedros Folladores au Café Madrid Rock Place, un bar métal/rock de la Calle Constitución. De plus, un disquaire métal, Metal Storm, sévit à quelques mètres dudit bar. Enfin, que dire de la possibilité de se gaver de tacos à bas prix (5 pour 20 pesos!), dans le secteur autour du Mercado Gómez Palacio? ¡Chingón!

Lire l’article sur la ville de Durango de Stéphane.

Unesco
Photo © La Page à Pageau – Templo Expiatorio del Sagrado Corazón de Jesús

Vallée de Viñales, Cuba

– par Isabella Aprile, Chaux me le monde

Cuba, la perle des Caraïbes, regorge de sites exceptionnels et l’Unesco ne s’y est pas trompé en classant pas moins de 9 sites à son patrimoine mondial. La vallée de Viñales se situe à l’ouest de La Havane dans la Sierra de Los Organos dans la province de Pinar del Rìo. C’est pour son paysage de karst exceptionnel, ses éléments culturels  et ses techniques agricoles traditionnelles que la vallée fertile de Viñales est inscrite sur la liste de l’Unesco en Amérique du nord depuis 1999.

D’un côté la culture et la pratique agricole manuelle du tabac qui permet d’obtenir une qualité de tabac exceptionnelle que seules les méthodes traditionnelles peuvent atteindre. De l’autre côté un paysage enchanteur entouré de mogotes (des buttes hautes et arrondies), de palmiers, de bananiers, de champs aux tons vert et marron parsemés de petites huttes au toit de feuilles de palmiers utilisées comme séchoir à tabac.

La beauté de la vallée de Viñales est une parenthèse enchantée dans la découverte de Cuba, elle se visite à pied, à cheval où à vélo seul ou accompagné d’un guide local. Les belvédères en surplomb permettent de profiter et d’apprécier pleinement de la vue sur la vallée en sirotant un jus bien frais ou un mojito.

Lire mon article sur la vallée de Viñales

Unesco

Epinglez sur Pinterest!

Vous êtes sur Pinterest ? Epinglez cet article et inspirez à votre tour vos abonnés ! 🙂

Unesco en Amérique du nord

Vous avez visité un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en Amérique du nord qui vous a marqué ? N’hésitez pas à le partager dans les commentaires ! ↓ 🙂 

Et n'oubliez pas, le voyage c'est bon pour la santé ! 🙂

blog voyage

Rejoignez-moi sur Instagram, Facebook, Twitter, Pinterest pour continuer à s'évader ensemble.

Flèche widget footer postSi vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager.

2 commentaires

  1. On a quand même une planète exceptionnelle ! Avec des sites culturels et naturels épatants … J’ai envie d’aller voir les 7 autres sites présentés moi maintenant !

    Merci pour ce bel article et d’avoir accueilli mes quelques mots ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Close
131 Partages
Partagez29
Tweetez1
Enregistrer101
+1
Email